Waiting for the nurse's call

Aller en bas

Waiting for the nurse's call

Message  Pissenlit le Mer 28 Jan - 2:12

[HRP]Ici se trouvent la chanson qui inspire ce RP, et ici, ses paroles. Le personnage de Pissenlit étant tiré du film "Le Graphique de Boscop",le premier fragment du texte en reprend nécessairement des éléments, pour pouvoir ensuite dériver plus facilement ...[/HRP]

Pissenlit attendait devant la porte de l'infirmerie pour sa visite médicale. Tahiti Bob ne devrait sûrement pas tarder, elle devait elle aussi se plier à la visite. En attendant qu'elle arrive, il s'assoupit un moment ... et repensa à son passé.

Saint-Rupert ... Le village des Gens Pas Fiers, qu'ils s'étaient appelés. Une belle brochette de Pas Malins, ouais. Pissenlit était très probablement le moins atteint de toute la bande, même s'il essayait de donner le change.

Une seule avait vu clair dans son petit jeu. Ça n'était pas sa soeur, oh non ! Clémentine était capable de réciter des poèmes maudits et de répandre les conneries qu'elle lisait dans le Nouvel Obs', mais jamais au grand jamais, elle ne s'était vraiment intéressé à son frère.

Sa mère aurait peut-être pu ... Enfin, avec beaucoup de chance pour l'aider ; car elle passait sa vie à faire cuire ces atroces abatis de poulet. Ah, déjà à l'époque, il était loin le temps du hachis parmentier ...

Son père ? Non. Il était obsédé par le succès dans le show-business, depuis qu'avec différents déchets qu'il avait collecté pendant sa tournée d'éboueur, il avait construit Ploum-Ploum, qui lui écrivait ses textes mièvres de chansons-ons.

Alors qui ?


Dernière édition par Pissenlit le Mer 28 Jan - 2:38, édité 1 fois (Raison : Mise en page)
avatar
Pissenlit

Messages : 132
Date d'inscription : 08/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Waiting for the nurse's call

Message  Pissenlit le Mer 28 Jan - 2:37

Lafleur.

Il l'avait connu comme tous les autres Santirupertois : en allant manger un bout à l'auberge du village. Elle ne faisait pas grand effet, la première fois ; une serveuse débordée pendant le coup de feu, comme toutes les serveuses qu'il avait pu rencontrer l'étaient. En même temps, il n'en avait pas connu beaucoup. Faut dire que Saint-Rupert n'était de loin pas le village le plus attractif de la Basse-Lozère. Et la Basse-Lozère, sûrement pas le coin le plus peuplé de France.


J'ai pas quat'bras !

La phrase résonnait encore dans sa tête. Il se souvenait de son attitude revêche, quand elle les servait. Eux, c'était Ahmed, Mozart, Roger, Clémentine ... et lui. Clémentine et Lafleur avait tout de suite sympathisé, et passait leur vie à discuter de trucs de fille ... Roger disait que leur conversation, c'était "toute la misère humaine et morale ..." Mais lui, Pissenlit, il ne les avait jamais trop écoutées. Oui ; le déclic était venu après.

Il y avait eu de grands moments à l'auberge. Des bons, et des mauvais. Dans les mauvais, il y avait eu l'annonce de la mort de Dorothée, la mère de Pissenlit. Roger avait réussi à faire un discours plus ou moins poignant, mais où il avait pour une fois parlé avec le cœur. Les bons, c'était lorsque l'on avait trouvé le Stradivarius que Mozart trimbalait toujours avec lui, même si seul lui trouvait qu'il savait en jouer. C'était assez curieux, l'idée qu'un homme puisse se trouver génial alors que les autres le rejettent. Lui, ça avait été le contraire, avec le traité de Michowitz sur le graphique de Boscop ... Ça devait être à cette époque que Lafleur s'était révélée.
avatar
Pissenlit

Messages : 132
Date d'inscription : 08/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Waiting for the nurse's call

Message  Pissenlit le Mer 28 Jan - 2:54

Ah, Lafleur.

Elle n'était pas moche, mais elle n'était pas particulièrement jolie non plus. Quand ces salauds du gouvernement avaient voulu l'installer dans le centre de recherche, là, il avait rencontré une fille plus que jolie. Marguerite. Pff, que du vent, cette fille. Une vraie garce ; à peine s'était-elle envoyé Mozart qu'elle commençait à tourner autour de Pissenlit. Mais il l'avait repérée, il savait qu'elle n'était là que pour le mener à l'abattoir, à ce centre de recherche avec piscine si loin de Saint-Rupert ...

Et de Lafleur. Elle l'avait défendue contre ceux qui voulaient l'envoyer faire cette débile émission de télé, de la vulgarisation scientifique minable autour du graphique de Boscop. Une connerie que des gens comme Ahmed regarderaient en ingurgitant je ne sais quelle tambouille quelconque, un samedi soir, seuls. Et lui, il avait fallu qu'il y aille, car Roger avait décidé pour lui. Il leur avait démontré, qu'il fallait faire varier la constante Phi, mais ils n'avaient pas compris. Il se voyait traité comme un moins que rien, un mathématicien raté, un zéro pointé, ouais.

Mais Lafleur l'avait soutenu. Elle lui avait dit son attachement ; et c'était sûrement la meilleure chose qui lui était arrivé depuis des milliards de siècles ... Ils se marièrent assez rapidement, et reprirent l'auberge de Saint-Rupert. Pas d'enfants ; ni l'un ni l'autre n'en voulaient. Ils furent heureux ensemble, un bonheur simple et paisible, jusqu'à ce jour ...
avatar
Pissenlit

Messages : 132
Date d'inscription : 08/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Waiting for the nurse's call

Message  Pissenlit le Mer 28 Jan - 3:12

Lafleur était partie faire le marché, pour qu'ils aient quelque chose à préparer à midi aux clients. Pissenlit préparait les tables et nettoyait les lieux, pendant ce temps. Il allait se mettre à lustrer le comptoir lorsque cette chose eut lieu, cet évènement qui les avait séparé. Définitivement.

Lorsqu'il sortit de son coma, Pissenlit entendit parler du Crash. C'était cette saloperie qui lui avait enlevé Lafleur. Il n'était plus à Saint-Rupert ; il ne voyait plus la lumière de la Basse-Lozère éclairer le ciel. En fait, il ne voyait même plus le ciel. Ça ressemblait plutôt à un hôpital ... un hôpital vide, oui, c'était ça. Après un tour du propriétaire de son étage, il visita les autres parties du bâtiment. Et en ouvrant une porte, il tomba sur elle.

Enfin, plutôt sur ce qui restait d'elle, de Lafleur. Elle avait sûrement dû se réveiller avant lui et dépérir lentement, à voir son visage ... Pourquoi était-elle resté dans cet endroit sordide ? Pour veiller sur lui ?

Lafleur était morte. Il ne pouvait s'y résoudre. Que faire sans elle ? Où aller ? Il restait là, à examiner le corps de sa bien-aimée, sans arriver à prendre de décision.

L'image disparut quand une main se posa sur lui. Pissenlit, en sueur, s'aperçut qu'il s'était endormi devant l'infirmerie. Il se retourna pour voir qui venait le ramener au monde réel.
avatar
Pissenlit

Messages : 132
Date d'inscription : 08/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Waiting for the nurse's call

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum